Metformine (Glucophage®, Stagid® ) et cancer

metformineDepuis quelques mois, sur mon petit observatoire de crabahuteuse, je vois fleurir dans nombre de forums de cancéreux les allusions à un antidiabétique connu depuis fort longtemps : la Metformine (Glucophage®, Stagid® et leurs génériques)

Mais que vient faire l’animal dans cette cour là ? :

Deux explications principalement

a)  Première raison

La Metformine est le médicament roi dans le traitement du Diabète de Type 2, et outre son efficacité reconnue dans ce domaine, on lui a découvert des vertus « amincissantes » (il serait plus correct de parler de stabilisateur de poids, mais passons)

O joie ! Les femmes atteintes d’un cancer du sein subissant souvent des traitements qui les font grossir (chimiothérapie et hormonothérapie), elles ont vite tendu l’oreille à l’évocation du deuxième effet kiss-cool fort désirable de ce « petit » médoc . Car les transformations, voire mutilations, qu’elles ont subies ont fort souvent mis à mal leur image corporelle. Le surpoids vient comme une punition supplémentaire infligée à leur féminité ou l’idée qu’elles (ou leurs conjoints) s’en font.

Oncologues et endocrinologues, soucieux d’aider leurs patientes et sachant que l’observance de l’hormonothérapie n’est pas satisfaisante, y ont vu, y voient, un allié de « poids ».

Ils ont donc commencé à le prescrire de ci de là pour les aider à limiter l’expansion de leurs poignées d’amour. Bien évidemment, la nouvelle s’est répandue rapidement et de plus en plus de femmes le réclament. Certaines sont entendues, d’autres se voient signifier une fin de non-recevoir par leurs médecins, qui hurlent à la future Affaire Mediator. 

Je n’ai pas fait médecine, mais mes lectures, mes échanges de twittos m’ont quand même fait comprendre que Mediator et Metformine ne sont pas à mettre tout à fait dans le même panier.

Un petit point sur la question?

Regardez le chat organisé par France 5 le 30 Novembre 2010 sur l’affaire Médiator. Invité : le Dr Yannick Jobic. Citation :

« Le metformine est-il aussi concerné comme le Mediator® ?

Dr Y. Jobic : « Aucun doute, pas de lien entre metformine et Mediator® »

Lisez  cet article de l’INSERM . Extrait : «  La Metformine est un antidiabétique oral commercialisé en France depuis 1979 sous l’appellation de Glucophage®. Ce médicament est utilisé avec succès depuis plus de 40 ans dans le traitement du diabète de type 2, en particulier chez les patients en surpoids ou obèses, pour son efficacité, sa faible capacité à provoquer des hypoglycémies et l’absence de prise de poids. Malgré ces performances et une large utilisation, le mécanisme d’action de la Metformine reste mal compris.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, la glycémie se maintient au-dessus des valeurs normales. À long terme, de graves complications vasculaires peuvent survenir si la glycémie n’est pas abaissée. Chez les diabétiques de type 2, la Metformine réduit l’hyperglycémie par inhibition de la production excessive de glucose par le foie. »

ou le site de la Faculté de Médecine Pierre et Marie Currie. Extrait :

« La metformine : 
C’est un médicament commercialisé depuis les années 60 en France (seul représentant actuel de la classe des biguanides). La vedette actuelle du traitement du diabète type 2.
 Elle n’a pas d’effet sur la sécrétion d’insuline. Elle diminue la résistance à l’insuline = augmente la sensibilité à l’insuline, et n’induit pas d’hypoglycémies.
 En outre, elle diminue la production hépatique du glucose et diminue l’absorption du glucose.
 Elle inhibe la prise de poids.
 »

b)  Seconde raison

Une étude écossaise de 2005 est la première à avoir établi un lien entre la metformine et un risque plus faible, de l’ordre de 15 %, de développer un cancer. Depuis, les études se multiplient et l’espoir de voir ce médicament entrer dans la lutte anti-cancer grandit :

Un antidiabétique qui protège contre le cancer? (ARC-Cancer) 

Cancer, faire du neuf avec du vieux, les promesses de la metformine (Sur le blog de JD Flaysakier)

Deux bonnes raisons donc pour que la metformine ait la cote à Craboland.

Cependant, avant de se lancer à corps perdu dans l’aventure du cobaye volontaire, quelques petites choses à savoir avant le grand saut. Certes, le médecin qui vous  prescrira de la Metformine est sensé les connaître, mais force est de constater que ce n’est pas toujours le cas  (Blog de Perruche Automnale)

Donc, à ABSOLUMENT savoir  (Source : http://www.theriaque.org/)

« Le Glucophage®, Stagid® et leurs génériques sont contre-indiqués en cas de :

- Hypersensibilité à la metformine ou à l’un des excipients.

- Insuffisance rénale ou altération de la fonction rénale (clairance de la créatinine < 60 ml/min).

- Affections aiguës susceptibles d’altérer la fonction rénale telles que : déshydratation, infection grave, choc.

- Insuffisance hépatocellulaire, intoxication alcoolique aiguë, alcoolisme.

- Diabète acidocétosique, précoma diabétique.

- Maladie aiguë ou chronique pouvant entraîner une hypoxie tissulaire, telle que : insuffisance cardiaque ou respiratoire, infarctus du myocarde récent, choc, ….

Intéractions médicamenteuses et associations déconseillées

- Alcool : L’intoxication alcoolique aiguë est associée à un risque majoré d’acidose lactique* en particulier en cas de :

· jeûne ou dénutrition,

· insuffisance hépato-cellulaire.

Éviter la prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l’alcool.

- Produits de contraste iodés (radio, scanner…)

Survenue éventuelle d’une insuffisance rénale, liée à l’injection intravasculaire de produits de contraste iodés, pouvant entraîner une accumulation de metformine et exposer à un risque augmenté d’acidose lactique.

La metformine doit être suspendue avant ou au moment de l’examen, pour n’être réintroduite que 48 heures après, et seulement après s’être assuré de la normalité de la fonction rénale.

* Associations nécessitant des précautions d’emploi

- Médicaments avec une activité hyperglycémique intrinsèque (ex. les glucocorticoïdes (en utilisation locale ou par voie systémique) et les sympathomimétiques)

Il peut être nécessaire de contrôler plus fréquemment la glycémie, spécialement au début du traitement.

Ajustez si nécessaire la dose de metformine au cours du traitement en fonction du médicament concerné et lors de l’arrêt de celui-ci.

- Les diurétiques et plus spécialement les diurétiques de l’anse

Ils peuvent augmenter le risque d’acidose lactique en raison de leur potentiel à réduire la fonction rénale.

Acidose lactique, qu’est ce que c’est ? 

L’acidose lactique est une complication métabolique rare mais grave (mortalité élevée en l’absence de traitement précoce), qui peut survenir en cas d’accumulation de metformine. Des cas d’acidose lactique rapportés chez des patients traités par la metformine sont survenus principalement chez des patients diabétiques souffrant d’une insuffisance rénale significative. L’incidence de l’acidose lactique peut et doit être réduite par une évaluation des autres facteurs de risque associés, tels qu’un diabète mal équilibré, une cétose, un jeûne prolongé, l’éthylisme, une insuffisance hépatocellulaire, ainsi que toute affection associée à une hypoxie

* Diagnostic de l’acidose lactique

Le risque d’acidose lactique doit être pris en compte en cas de signes non spécifiques tels que des crampes musculaires avec troubles digestifs de type douleurs abdominales et une asthénie sévère.

Ces signes peuvent être suivis d’une dyspnée acidosique, de douleurs abdominales, d’une hypothermie suivie d’un coma. Le diagnostic biologique repose sur une diminution du pH sanguin, une lactacidémie supérieure à 5 mmol/l, et sur une augmentation du trou anionique et du rapport lactates/pyruvates. En cas de suspicion d’acidose métabolique, il convient d’arrêter la metformine et d’hospitaliser le malade d’urgence »

Donc, en résumé, et sans même avoir à rentrer dans la polémique de la balance bénéfices risques de la Metformine (pour rappel : pour l’instant, les prescriptions de metformine   »anti-cancer » ou « anti-surpoids » se font hors AMM ) un ch’ti conseil : soyez vigilants pour deux. L’atelier radiographie, scanner et compagnie, c’est en général un des loisirs préférés proposés à Craboland! Pas de blague hein!

PS : N’oubliez pas de lire les commentaires ci-dessous! Des précisions ou témoignages importants…

 

Partagez

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

  11 comments for “Metformine (Glucophage®, Stagid® ) et cancer

  1. Dr Gomi
    décembre 29, 2013 at 10 h 49 min

    Depuis le 20 eme siècle, l’humain qui fréquente les bons restaurants aimerait n’avoir à payer que l ‘addition financière et éviter la seconde, celle de la balance.

    Pour le moment, force est de constater que tous les essais médicamenteux dans ce sens ont été un échec avec au pire quelques catastrophes (isoméride, mediator, hormones thyroidiennes).

    A chaque nouvelle sortie, le médecin un rien blasé se demande « est ce que ça va seulement couter cher pour rien » ou est ce qu ‘en plus on va avoir des effets secondaires qui vont du « light » au beaucoup moins light »….

    Au « doigt mouillé » pour le mediator (l’utilisant quotidiennement dans le DNID) ce serait : efficacité à la marge , avec des effets secondaires allant du light (diarhée) a du plus grave.

    Felicitations sur le rappel des precautions d emploi

    amitiés

  2. DocArnica
    décembre 29, 2013 at 10 h 57 min

    Je n’ai pas encore vu de prescription cancer et metformine ( pardon pour le raccourci ) , mais j’ai 2 contre arguments à ce genre de prescription : les insuffisances rénales induites par les chimios ne sont pas rares et la coprescription risque de les augmenter, et l’efficacité de la metformine comme produit amaigrissant ne me semble pas évidente chez les diabétiques que je suis au cabinet.
    De plus j’ai déjà eu à arrêter une prescription faite dans cette indication hors AMM chez un de mes patients insuffisant rénal sévère : clairance à 28 . Il y a des endocrinos qui n’ont peur de rien.

    • Kiki1811
      décembre 30, 2013 at 10 h 03 min

      je connais des généralistes qui sont tout aussi courageux.

  3. francine
    décembre 29, 2013 at 21 h 14 min

    En lisant les messages du forum les impatientes, j’ai eu envie de sauter de ma chaise; prendre de la metformine pour maigrir? sont-elles devenues folles?
    Mon cancer du sein a 5 ans, pour le moment me laisse tranquille. Mais je suis déclarée diabétique depuis 1 an 1/2. Au passage, les traitements sont-ils pour quelquechose dans l’apparition de mon diabète? Donc je suis traitée à la metformine. Le côté intéressant pour maigrir avec cette molécule, c’est que certaines auront la chiasse (désolée, pas d’autre mot) plusieurs fois par jour. Et là rien de tel pour maigrir!!!!
    J’aimerais bien, moi, pouvoir ne pas prendre ce médoc.
    merci Pernelle de lancer l’alerte

    • Kiki1811
      décembre 30, 2013 at 10 h 00 min

      chère Francine, vous seriez étonnée de savoir ce que les gens sont capables de prendre pour maigrir… Cela va des œufs de ténia (pour pouvoir développer des vers solitaires réputés pour manger sur notre boyau) aux hormones thyroïdiennes en passant par les laxatifs, les diurétiques et le régime œuf dur exclusif….

  4. Kiki1811
    décembre 30, 2013 at 9 h 56 min

    Kiki de Marseil La METFORMINE n’a vraiment rien a voir avec le MEDIATOR. En revanche comme je l’ai déjà expliqué il y a quelques mois sur le forum des z’impa elle n’est pas utile chez tout le monde. si tu es mince, longiligne et sans antécédent de diabète dans la famille ou si tu n’as pas de diabète toi même, elle sera inefficace en prévention du cancer (ou de ses récidives) car tous les cancers du sein ne sont pas en relation avec « l’hyperinsulinisme ». dans les autres cas, elle a fait la preuve d’une certaine efficacité. Il s’agit d’un médicament bon marché et de découverte et de commercialisation européenne. Les américains l’ont découvert (et avec eux le reste du monde) il y a seulement 20 ans. Rien que cela suffit à m’inspirer confiance… au fait, elle est utile en prévention d’autres cancers, pas que celui du sein… elle n’agit que très modestement sur le poids et toujours en cas de surproduction d’insuline ou plus exactement de résistance a son action dans le cas contraire, elle ne sert a rien. Ça c est que je t ai écrit hier et que tu m’as demande de recopier ici.
    j ai trouve ce matin un article qui parle aussi de son action bloquante sur le récepteur mTor, qui est une autre voie d activation des cancers différente de l’insuline. On dispose depuis peu de médicaments anti-m-Tor (ceux qui sont familiers de la biologie humaine peuvent trouver leur bonheur là : http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/28434/Cancerodigest.pdf?sequence=1
    comme par exemple afinitor le bien nommé :
    http://www.cancernetwork.com/breast-cancer/mtor-inhibitors-treatment-breast-cancer)
    Bravo pour tes investigations personnelles tu aurais fait un excellent journaliste d’investigation… Remarque que tu es toujours a temps…

  5. Dr Gomi
    décembre 30, 2013 at 12 h 09 min

    Hop deuxième commentaire après quelques lectures, dont la seule que j ai trouvé, qui est assez exhaustive et porte sur une population prédiabétique http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3308305/

    Le metformine se révèle reamarquable pour éviter le passage au diabète pour les personnes qui sont dans un risque majoré.

    Attention l’étude ne porte pas sur des patients non a risque de diabète et ses résultats ne sont pas transposables en totalité.

    La conclusion est que l’impact sur le poids est significatif STATISTIQUEMENT, moins en ce qui concerne le périmètre ombilical , et cet effet se manifeste uniquement dans les groupes bien observants.

    L’impact est toutefois totalement limité, portant sur une moyenne d’environ 5 kg au mieux.

    Les effets secondaires sont assez présents sur le plan digestif (diarhée en particulier).

    Qu’en conclure ?

    Comme d’habitude, que rien ne remplace le changement définitif de l ‘alimentation (les régimes ne fonctionnent pas) et la pratique d activité sportive.

    Et qu ‘on ne dispose pas , toujours pas, de la pilule qui fait maigrir.

  6. admin
    décembre 30, 2013 at 22 h 00 min

    Merci ! Vos précieux commentaires complètent ce billet à merveille. Des précisions indispensables pour prendre des décisions « éclairées »!

  7. Monique Plouchard
    janvier 1, 2014 at 23 h 32 min

    Du concret… Diabétique depuis un certain temps j’ingurgite 3 stagid par jour depuis au moins 3 ans.
    Vous croyez que ça ne m’empêche pas de prendre du poids avec la prise de Femara? Bon il faut dire que les petits chocolats des fêtes y sont sûrement pour quelque chose ! Mais quoi diabétique et crabeuse on a bien droit à une petite compensation, n’est-il pas?
    Merci Hélène de ce document si complet. Bises et bonne année à tous

  8. janvier 12, 2014 at 4 h 26 min

    J’ai pris, moi aussi du glucophage pendant quelques années, avec deux autres molécules (ex obèse et diabétique de type 2).
    Mais à la suite d’une réforme alimentaire, j’ai perdu 105 kilos (oui cent cinq) et au fur et à mesure de ma perte de poids, mon taux de diabète diminuait jusqu’à stabilisation complète du diabète à un taux normal (depuis 2008).
    Par contre, l’efficacité contre le cancer n’a pas fait ses preuves puisqu’on m’a découvert un cancer du sein en 2012…
    Et depuis les traitements anti-cancer, j’ai repris 20 kilos, surtout par négligence. Mais en aucun cas je n’ajouterai de médoc anti-diabète à tous ceux que je dois ingurgiter pour diverses pathologies, sans raison médicale avérée.
    Malheureusement pour moi, je dois prendre en main une hygiène de vie et une alimentation très sérieuse pour tenter de tout faire rentrer dans l’ordre

  9. robert
    septembre 2, 2016 at 21 h 57 min

    Je prends de la metformine 2X500 et 1 fois 1000 le soir et je confirme j’ai perdu 4 kilos que je n’ai jamais repris. La metformine est un médicament très sur à condition de vérifier que les reins fonctionnent bien. Effets secondaires très connus de la metformine : diarrhées qui en début de traitement peuvent devenir invalidantes à part cela aucune hypoglycémie et diabète très bien équilibré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *