La Vitamine D, big bazar chez les cancéreux

VIT DLe communiqué de l’HAS datant du 30 octobre 2013  concernant la vitamine D a foutu effectivement « un peu » le bronx dans l’idée que je m’étais forgée sur la Vitamine D dans le cadre du cancer du sein aux cours de mes recherches passées. Et je ne suis manifestement pas la seule crabahuteuse à avoir des noeuds dans le ciboulot sur ce sujet précis. D’ailleurs, les Docs que j’interroge à ce propos depuis 15 jours ont l’air également d’être en mode tortillons. La confusion, elle vient du fait tout balot qu’au lieu de lire « dosage », j’ai lu (d’autres ont lu) « supplémentation », perdue que j’étais dans les multiples publications récentes parues sur la Vit.D. (N’oubliez donc pas de lire par le menu ce document en lien fourni par l’HAS)

Je cite  l’HAS :

« Doser la vitamine D ne présente aucune utilité démontrée dans un grand nombre de situations cliniques
Les situations cliniques analysées par la HAS et pour lesquelles elle conclut à une absence d’utilité du dosage sanguin en vitamine D sont les suivantes : mortalité, chute, performance fonctionnelle, cancer colorectal, cancer du sein, cancer de la prostate, hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires, allergie, maladies auto-immunes, diabète de type II, maladie rénale chronique, grossesse, maladies infectieuses, performances cognitives, profil lipidique, mucoviscidose. Les données recueillies lors de cette évaluation fondée sur l’analyse de la littérature et la position des experts d’un groupe de travail ne permettent pas de déterminer une utilité clinique du dosage de vitamine D. »

Ce qui a motivé la publication de cet article de l’HAS, c’est le manque d’études et de preuves indéboulonnables (et surtout, le besoin d’économiser des pépettes partout où c’est possible. Rien à dire tant que ce n’est pas préjudiciable aux patients)

Les doutes, les études contradictoires, c’est sur l’aspect « préventif »  de la prise de vitamine D pour le cancer du sein.
Détails ici : « VITAMINE D: Son effet prévention remis en question – The Lancet Diabetes & Endocrinology »

ce même site il y a 6 mois faisait un point sur la vitamine D : « VITAMINE D: Mais quelles sont les allégations de santé justifiées? »

En bref, l’HAS ne recommande plus ce DOSAGE (et non pas la SUPPLÉMENTATION)  parce qu’il n’y a pas de preuves. Très bien.

En bref, moi, je vais continuer de demander à mon Doc de me prescrire la vitamine D : on ne dosera plus, parce que  Madame HAS veut faire faire des économies de remboursements à Dame Sécu de dosages qui ne sont pas labellisés « pertinents » et que la vitamine D est très rarement toxique. (en fort surdosage seulement, PENDANT PLUSIEURS MOIS, ou pour des personnes ayant de gros soucis rénaux). Je suis déglinguée d’un peu partout, mais côté rognons, ça roule encore.

Donc, comme je suis une fille raisonnable qui ne surdose point les prescriptions de son docteur, qui veille à prendre ses bains de soleil aux heures conseillées à la belle saison, qui ingurgite des aliments qui en contiennent naturellement de façon régulière ET que je suis en carence significative quand même depuis trois ans que je fais surveiller tout ça, je ne m’abstiens pas de reprendre ma dose chez mon pharmacien.

Que vous ayez une carte fidélité à Craboland ou non, faites selon votre intuition M’sieurs Dames, en attendant que les chercheurs avancent MAIS : je vous recommande quand même vivement de regarder ces deux vidéos passionnantes dans lesquelles Didier Le Bail, naturopathe et journaliste, vous explique par le menu et en langage accessible les enjeux de cette vitamine-hormone, incroyablement négligés par nos autorités sanitaires! Des mots et des maux, émission du 28/05/2013

L’INCa oriente bien ses infos à donf. Y a pas d’raison que je me prive  ;-)

PS : Merci à @GeluleMD de m’avoir titillée sur twitter avec ses questions pertinentes  ;-) et à Embrun pour m’avoir fait découvrir la vidéo

 

 

Partagez

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

  2 comments for “La Vitamine D, big bazar chez les cancéreux

  1. Monique Plouchard
    décembre 18, 2013 at 17 h 25 min

    J’ai aussi visionné ces deux vidéos dans lesquelles Didier Le Bail explique de manière très accessible l’importance de cette vitamine qui devient très vite une hormone et nous est absolument indispensable. 80% de la population serait en carence. On y apprend beaucoup.
    Merci Hélène d’alerter encore et encore.

  2. octobre 5, 2014 at 20 h 27 min

    Bonsoir,
    Vue sur TF1 la séquence sur le cancer du sein.
    Cela peut-être vous intéresser en 4 billets.
    A partir de Bruxelles:
    « Le Journal d’un cancer du sein vu par l’autre bout »
    http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2013/09/18/journal-d-un-cancer-du-sein-1.html
    Bien à vous et courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *