Post navigation

Tout est relatif

Einstein%. Ce petit signe, en médecine est incontournable. Cela sert à toutes sortes de choses, dans bien des domaines, pour tenter d’avoir une vision d’ensemble sur des sujets éclectiques. C’est comme en éducation physique : on vous apprend à faire quelques tours de chauffe avant la course. Si vous n’y passez pas, vous risquez fort de passer par la case claquage.

Les chercheurs en usent, pour que d’autres puissent  en tirer des conclusions. Le champ de leurs utilisations tend vers l’infini.

Médecins, journalistes, politiques, Big Pharma, associations, patients et qui sais-je encore s’en saisissent à des fins diverses et variées (et parfois en abusent). Pour rassurer. Paniquer. Maintenir des caisses à flots. Démonter un concurrent. Lancer une alerte. Établir un protocole. Démonter un protocole. Jeter une bouée à la mer. Faire du buzz.. Là aussi, il y a pléthore d’usages (et de mésusages). Bien des tempêtes sont nées à cause de cette barre affublée de deux minuscules bulles : MédiatorBlacofène… Dépistage systématique (cancer du sein, de la prostate, du colon..). NACO… À venir pose PIC/PAC par les IDE… Et l’éternité est devant nous…

En cancérologie, les statistiques, comme partout, on vous en sert en entrée, en plat de résistance et en dessert.

Selon que vous soyez de l’un ou de l’autre côté du miroir, leurs impacts n’auront pas tout à fait les mêmes utilités, les mêmes effets secondaires. En consultations, crabologues ou crabahuteurs s’en saisissent tour à tour, selon ce qu’ils ont à faire passer comme messages. Des petites bouées lancées aux naufragés (Et les paumés au grand large ne sont pas toujours les patients !). Ou des missiles à destruction massive.

Par exemple, dans le secteur cancéro nénesque, que vous soyez bizut à Craboland, multirécidiviste, In Situ, Triple Négatif , Herceptinettes, lobuleuses ou infiltrante, la traque aux pourcentages redémarre à chaque étape du parcours du combattant.

Mais voilà. Le problème avec ce gibier de potence, c’est que, dès qu’on se retrouve à l’échelle individuelle, on le fait chanter comme on veut. Car, comme dirait l’autre, TOUT EST RELATIF.

Pour illustrer le propos, bibi à votre service  (Je ne garantis pas l’exactitude des chiffres. C’est du « À la louche ». Les pros du secteurs préciseront si ces derniers leur semblent farfelus) :

- Je me tape un Tako Tsubo à 42 piges. Patho qui touchent en général des femmes en moyenne vers 65 ans et représente seulement 1% à 2% des troubles cardiaques déclarés (2 sexes confondus) et qui ne se pointe pas vraiment souvent en plein bloc alors que la patiente est déjà endormie.

- J’ai mon premier cancer à 32 ans. (Ce qui ne correspond pas vraiment à la moyenne la plus fréquente d’un premier cancer, heureusement). À l’époque, la moyenne de survie à 10 ans n’est pas des plus fameuses. Je suis toujours là

- Une récidive sur un grand dorsal, c’est rarissime. Welcome.

- Il est rare d’être à nouveau emmerdé par le cancer passé le cap de la rémission complète. Rewelcome.

- On ne se cogne quasiment jamais un érysipèle avant 55 ans. C’est pour moi.

- Avoir un nerf récurrent paralysé au cours d’une opération qui ne vise pas les régions ORL, ça arrive tous les 32 du mois (han han)

- Le Tamo augmente le risque d’embolie pulmonaire de 7%. Bingo

- Seulement 1 nana sur 100000 souffrira d’une endométriose en avalant Tamoxifen. Queue du mickey

- Se faire perforer l’intestin par son chirurgien au cours d’une ovariectomie, j’ai pas les chiffres, mais mon Doc avait 64 ans à l’époque et cela ne lui était JAMAIS arrivé.

Et à l’échelle de ma petite vie en générale, la liste est loin d’être exhaustive !

Bref, tout ça pour vous dire que les taaaaatistiks, les bonnes ou les mauvaises, pour ma part, c’est pas automatik ! Aujourd’hui, après douze ans à traîner mes guêtres dans les tranchées de Craboland, je les regarde à peu près avec le même intérêt que de vulgaires crottes de mouches, et  mes Docs, bah ils ont appris à se les garder pour eux au cours de nos entretiens de suivi.

Tout ce que je sais, c’est que mon ange gardien est flemmard, toujours en retard, mais qu’il fait quand même son taf puisque je suis encore là pour vous faire un cours de maths à l’envers. (De toute façon, je ne pouvais pas vous le faire à l’endroit vu la tête de mes bulletins scolaires ;-) )

Je vous laisse en bonne compagnie :

« Tout est relatif. Et cela seul est absolu » Auguste Comte

 « Asseyez-vous une heure près d’une jolie fille, cela passe comme un minute; asseyez-vous une heure sur un poêle brûlant, cela passe comme une heure : c’est cela la relativité. » Albert Einstein

« Il n’y a que deux façons de vivre sa vie : l’une en faisant comme si rien n’était un miracle, l’autre comme si tout était un miracle » Albert Einstein

« Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt » Albert Einstein

« La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque. » Albert Einstein

« Le souci de l’homme et de son destin doit toujours constituer l’intérêt principal de tous les efforts techniques; ne jamais l’oublier au milieu des diagrammes et des équations. » Albert Einstein

« Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton. » Albert Einstein

« Si ma théorie de la relativité est prouvée, l’Allemagne me revendiquera comme Allemand et la France déclarera que je suis citoyen du monde. Mais si ma théorie est fausse, la France dira que je suis un Allemand et l’Allemagne déclarera que je suis un Juif. » Albert Einstein

Tout est relatif…

 

 

 

 

 

 

 

Partagez

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Post navigation

  3 comments for “Tout est relatif

  1. novembre 18, 2013 at 12 h 24 min

    Alors ça c’est marrant!
    J’ai « en travaux » un article de blog dont le titre est « Dans l’absolu » et la citation que j’ai choisie pour l’illustrer est la suivante : « La seule chose absolue dans un monde comme le notre, c’est l’humour » (Einstein)…
    J’aime ces coïncidences et je vais me botter le derrière pour le publier assez vite.

    On pourrait aussi citer la Française des Jeux, qui, contrairement à nous autre pauvres mortels, maîtrise vachement bien les pourcentages:
    « 100% des gagnants ont tenté leur chance ».
    C’est vrai hélas pour tous les pourcentages de risques assénés en médecine ou en prévention, on n’a jamais vu quelqu’un être atteint d’une maladie ou victime d’un accident à 9,12%…

    Je conclus en t’envoyant des pensées amicales à 2500000%!

  2. novembre 19, 2013 at 12 h 04 min

    Pernelle, je t’ai connu sur « les impatientes », et je te trouve excellammmmmmmmmmmmmmmment pertinannnnnnnnnte
    Pour te dire, à 38 ans infarctus vertébral avec 2 AVC, on met dit que je fais parti des 0,00000001 % de personnes qui ont cela sans aucune raison apparente, en 2012 on m’enlève l’utérus et 4 mois après on m’enlève un rein : conséquence de l’enlèvement de l’utérus. Le gyné-chirurgien désolé, affolé, gêné, car ça ne lui était jamais arrivé.
    Certes tu viens te faire enlever ovaire et utérus et enlevant le tout on te bousille un rein. Erreur médicale ???? et après…. il faut porté plainte ???? contre le corps médicale hi hi hi perdu d’avance.
    Et quelques mois après notre cher ami le cancer du sein fait son apparition. Malgré ma bonne santé apparente, en 1an et demi, ablation utérus, rein et cancer. Et pour couronner le tout la sécu ne me donne aucune indemnité car je n’ai pas fait assez d’heure travaillée mais comment aurais je pu en faire vu que depuis l’infarctus vertébral je ne peux plus que travailler à mi-temps car handicaps invisibles. Alors les % après réflexions sont à prendre avec un recul non négligeable quand à l’état qui aide les français en détresse, je me gosseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee. Le monde ne tourne pas rond.
    Courage pernelle, fuyons ;-)

  3. novembre 30, 2013 at 21 h 02 min

    Contente de te retrouver sur ce blog tout beau, tout nouveau. Je viens de récupérer mon retard de lecture de tes articles. J’espère que tu vas bien et que les journées qui passent t’apportent plus de petits plaisirs que de grands déplaisirs…
    18 ans, j’en rêve aussi. C’était un mirage et puis petit à petit, continuant à avancer dans les années, ça pourrait être un jour réalité pour moi aussi.
    Chaque étape symbolique vécue m’apporte du réconfort et me dit que pourquoi pas la prochaine…
    Allez l’année 2014 est pour bientôt, encore une nouvelle étape incroyable de franchie… Encore un Noël où je vais gâter mes filles comme si c’était le dernier que je passe avec elles.
    Je nous en souhaite des tas, gros bisous la pernelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *