Le sablier

sablier

Le sablier

Les heures et les secondes

Qui filent et se fourvoient

Les creuses, les vagabondes

Celles que préfère mon chat,

Tournicotant, tranquilles

Me glissant dans les doigts

Comme le sable, agiles

Traquant les falbalas

Poussières des temps fragiles

Innocentes, intrépides,

Flèches légères, futiles

que l’enfance dilapide

Grains solidaires, infimes

Que le grave éternise

Que le doute, les énigmes

Tamisent à leur guise

Trame de perles faucheuses

Qui sur nos peaux sillonnent,

Creusant les ruelles sinueuses

Qu’empruntent tous les hommes

D’éclats de rire limpides

En sanglots pathétiques

De surprises candides

En colères volcaniques

Petites gouttes hémophiles

Qui passent en vous priant

De rendre indélébiles

Leurs trépas incessants

De croire que leur décompte

Qui vous sera fatal

Est comme du temps la fonte

Comme du présent le râle

Billes de sel cloîtrées

Dans leur écrin de verre

Que l’on croit amadouées

Parce que faites prisonnières

Qui coulent, même immobiles

Sur l’endroit comme l’envers

Qui tirent sur le fil

Qui tricote votre hier

Rendez les donc précieuses

Uniques et singulières

Ces heures impétueuses

Qui deviendront Naguère,

Antan et Autrefois,

Bagatelles et chimères,

Comme vous comme moi.

 

Partagez

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

  7 comments for “Le sablier

  1. Zaboton
    décembre 15, 2013 at 21 h 42 min

    magnifique!
    victor hugo regretterait ne pas t’avoir connu !
    Tellement beau!!

  2. Chainaux
    décembre 15, 2013 at 21 h 43 min

    Trop beau
    Que d’émotion
    Ta plume est inégalable

  3. Slyomegane
    décembre 15, 2013 at 21 h 43 min

    Tout simplement Sublime…Je reste sans voix et admirative. Admirative face au Don de l’écriture, ces mots que toi tu sais manier à merveille et qui me touchent droit au cœur. Merci.

  4. Bernard Davroux
    décembre 15, 2013 at 21 h 44 min

    Bonjour Hélène, me remets tu ? Bernard l’ami des 400 coups de Stéphane et Franck, petit souvenir de notre insouciante jeunesse. Je t’envoie ce petit mot d’amitié, car je viens de découvrir ton blog. Bien sûr, je suis au courant de ce que tu as traversée, mais le lire est une autre perception. Je trouve cela très bien que tes qualités d’écrivain, surement un exutoire pour toi au début, devienne au final une aide précieuse pour tous ceux qui sont en contact avec le cancer. Personnellement, j’ai perdu ces dernières années plusieurs personnes qui m’étaient très cher famille et amis, à cause d’un cancer et ces douleurs successives, ces sentiments d’injustice et d’impuissance pour moi, ont modifié ma façon de voir la vie. J’ai d’autant plus conscience que la vie est précieuse, qu’il faut l’apprécier à chaque instant et vivre le moment. Tout en étant au fond de moi anéanti par la tristesse, je me dis que je me dois de réagir en étant encore plus positif, de faire rayonner ma bonne humeur naturelle au maximum et de donner du bonheur autour de moi à qui veut bien l’accepter. Dans cette démarche, je réfléchis actuellement à m’investir pour une association contre le cancer, afin de rencontrer les malades et de leur changer les idées. A 46 ans aujourd’hui je ressens ce besoin de me rendre plus utile encore et je pense avoir cette force en moi. Bien à toi. Je t’embrasse très fort. Bernard

  5. Franck
    décembre 15, 2013 at 21 h 45 min

    Sublime, comme toujours….

  6. christiane
    décembre 25, 2013 at 9 h 44 min

    si beau, si vrai, sublime comme tout ce que tu écris
    gros bisous

  7. Linda
    février 8, 2014 at 9 h 39 min

    Ce texte est magnifique, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *