Aphtes, mucites et stomatite chimio-induite

bouche

Stomatite

Elle résulte de l’effet anti-mitotique non spécifique sur des cellules se multipliant sans arrêt. La réduction du renouvellement cellulaire buccal aboutit à une atrophie locale et à des ulcérations.

Le siège de ces ulcérations est le plus souvent l’intérieur de la joue, le palais, les lèvres, la face ventrale de la langue et le plancher buccal.

Ces ulcérations sont très douloureuses et empêchent l’alimentation.

Elles surviennent 5 à 7 jours après la chimiothérapie, proche du moment du nadir du taux de leucocytes et constituent ainsi une porte d’entrée facile pour les micro-organismes.

Elles peuvent s’accompagner d’hémorragies.

Les médicaments les plus souvent concernés sont le 5-FU, le méthotrexate et la doxorubicine.

La possible survenue de telles stomatites doit faire reconsidérer l’indication d’une chimiothérapie à visée palliative, bien que, curieusement, on observe souvent une stomatite importante à une cure, et pratiquement aucun trouble à la cure suivante, parce qu’on a prescrit des bains de bouche systématiques.

Grading

Le grading de la stomatite permet d’adapter le traitement

Grade 1 :

ulcères non douloureux, érythème ou douleur faible

Grade 2 :

érythème douloureux, œdème ou ulcères, mais le patient peut manger

Grade 3 :

érythème douloureux, œdème ou ulcères : le patient ne peut pas manger

Grade 4 :

nécessité d’une alimentation parentérale ou entérale

Traitement palliatif

L’alimentation sera si possible liquide, dépourvue d’acidité (vinaigre, épices).

Des bains de bouche fréquents avec des produits anesthésiques (ou simplement du Coca-Cola) sont nécessaires.

Une bonne hygiène dentaire est recommandée (mais souvent, les risques dentaires sont tellement grands qu’une avulsion est nécessaire avant la radiothérapie).

Si besoin, des bains de bouche à la morphine pourront être proposés : ils sont très efficaces localement et entraînent relativement peu d’effets secondaires.

Des travaux sont en cours testant l’efficacité d’un facteur de croissance épidermique dans la prévention des stomatites chimio-induites, comme on utilise des facteurs de croissance des granulocytes ou des érythrocytes. L’usage de ce médicament sera limité aux drogues très aplasiantes.

Source : Oncoprof

Aphtes

Mucites, aphtes

Les mucites sont des inflammations d’une muqueuse. Veillez à ne pas consommer d’aliments qui viendraient aggraver la situation : pendant les périodes de crise, évitez par exemple les fruits, les jus de fruits, la vinaigrette, la sauce tomate, la moutarde, les plats épicés. Les aliments acides et agressifs en général.

Soyez vigilantes avec la croûte de pain, les biscottes, tout ce qui est dur ou susceptible de provoquer des micro-coupures.

Résistez au sucré, qui favorise la prolifération de petites bestioles dont vous n’avez absolument pas besoin.

Petit truc, communiqué par Brindeau, infirmière, Impatiente et crabahuteuse, pour la stomatite :

« Un de mes amis cancéro m’avait conseillé d’apporter des glaçons et de les sucer un peu avant, pendant et un peu après la perfusion des produits à risque, comme on le fait avec le casque et les moufles. Je n’ai jamais eu de problèmes de muqueuse buccale malgré toutes les chimios. Je n’avais même pas besoin des bains de bouche. »

Petits trucs pour les aphtes :

– Lorsque l’aphte est installé, certains patients recommandent l’utilisation de l’homéopathie pour favoriser la cicatrisation. Parlez-en à votre médecin si vous en ressentez le besoin.

– Lors des périodes très douloureuses, laisser un glaçon fondre sur la langue soulage momentanément.

– Urgo a sorti un gel aphtes qui installe un film transparent sur les lésions buccales et les protège ainsi des agressions à répétition.

– Si besoin, des bains de bouche à la morphine pourront être proposés : ils sont très efficaces localement et entraînent relativement peu d’effets secondaires.

Si vous y êtes sujettes, ces misères débarquent généralement cinq à sept jours après la chimiothérapie.

Les médicaments les plus souvent incriminés sont le 5-FU, le Méthotrexate et la Doxorubicine.

Une bonne hygiène dentaire est indispensable. Utilisez un dentifrice doux. Brosser vous les dents souvent (systématiquement après avoir mangé).

Des bains de bouche vous seront généralement prescrits dès la première chimio. Si vous vous rendez compte que le breuvage que vous a prescrit votre onco est trop désagréable au goût, demandez-lui s’il voit un inconvénient à vous prescrire cette recette (d’un de ses collègues de Paul Strauss à Strasbourg), relativement supportable d’un point de vue gustatif :

– borate de Na 12,0 g ;

– bicarbonate de Na 6,0 g ;

– salicylate de Na 0,5 g ;

– alcool de menthe 10,0 g ;

– eucalyptol 0,4 g ;

– essence de pin 0,2 g ;

– glycérine 80,0 g ;

– eau distillée QSP 500 ml

1 cuillère à soupe dans un verre d’eau tiède quatre à six fois par jour.

 

 

 

 

Partagez

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *