Mes p’tites perles

carte-conLA JEUNETTE HYPOCONDRIAQUE

Le premier toubib à qui j’ai montré ma p’tite boule, choisi à pic et pic et colégramme entre les deux généralistes du coin, le mien étant parti en congés…

— Mais c’est rien du tout. Une petite boule de graisse. Rien de plus fréquent à votre âge et même bien avant ! Vous n’allez pas me faire le coup de la jeunette qui angoisse déjà avec les histoires de cancer ! À 30 ans ! Ben vous n’avez pas fini d’en consommer de l’adrénaline… Allez allez, on oublie tout ça, rapido presto…

— On ne fait aucun examen ?

— Mais elle insiste !!! Rien, nada, nichts! Faut vous l’dire en quelle langue ?

Huit jours plus tard, retour de mon Doc à moi, tout bronzé. Auscultation. Froncements de sourcils. Rendez-vous le jour même chez le radiologue. Mammo, écho, re-mammo, re-écho. Coup d’fil de Doc à Doc… « Quoiqu’il se passe, il faut opérer. Vite. » Le soir même, rendez-vous était pris pour tumorectomie dix jours plus tard. Résultats d’anapath : beau Crabus praecipuus juventus… Z’aviez raison, Doc de mes f… , roi du diagnostic : de l’adrénaline, j’avais pas fini d’en consommer !

CHAUVE QUI PEUT!

Un’AAAAAAArtiste que je ne connaissais ni d’Ève ni d’Adam, croisé dans une soirée, certainement jaloux de se voir battu à plates coutures sur le terrain de la provoc :

— Et t’en es contente de ta coiffure ? T’aurais eu du mal à faire plus court… C’est bon là, t’as l’impression qu’on te regarde bien ? C’est qui ton coiffeur, que j’aille me faire une beauté ?

— ……. ??? Je ne te le conseille pas. C’est un goujat, violent, maladroit et qui plus est, hors de prix. Remarque… tu t’entendrais p’têt avec lui. Vous avez l’air d’avoir certains points communs… Et puis, il a quand même une qualité: ses prestations sont prises en charge par la sécu..Connnnn……..d d’ego sur pattes !!!!!!!!!!!

CLUB MED « BRANCHÉ »

Dans une salle d’attente, dans le service chimio. Une infirmière, à une patiente qui lui disait qu’elle aurait quand même bien aimé qu’on lui donne le planning de ses rayons un p’tit peu à l’avance, pour pouvoir organiser les vacances de sa famille :

— Mais Madame, je vous rappelle que vous êtes en arrêt maladie, pas en congés payés !

Voyant ma voisine rougir de honte et baisser les yeux, je ne résiste pas :

— Merci Madame de lui rappeler, de nous le rappeler à toutes. Il y a une telle ambiance club Med ici qu’on aurait parfois tendance à l’oublier. Et puis, il ne manquerait plus que les malades partent en vacances maintenant. Z’ont déjà bien d’la chance qu’on les paye à rien foutre… Non mais… Sourires dans la salle. Le teint coquelicot change de camp. Jouissance amère.

LA MAL « ADRESSE »

Le centre où je suis suivie depuis des années déménage. Je reçois par courrier un p’tit mot d’information qui me donne la nouvelle adresse. Contrôle annuel. Avant de me lancer, je prends la carte de la ville, la retourne dans tous les sens, mais ne trouve point la rue E. , malgré l’index qui me donne tous les noms de rues. J’appelle le secrétariat du centre :

— Pardon Madame de vous ennuyer pour si peu, mais pourriez-vous me dire où se trouve la rue E., je ne la trouve sur aucun plan.

— Oh ! vous z’excusez pas. Ça n’arrête pas depuis l’déménagement… Vous risquez pas d’la trouver sur le plan, elle n’y est pas. La rue a été rebaptisée. Faut chercher la « rue des abattoirs » sur vot’plan à vous. Z’allez trouver tout de suite !

 

La polyclinique, où je me rends depuis des années pour mes opérations diverses et variées, dans une autre ville, m’envoie elle aussi un petit faire-part de déménagement. Elle a ouvert un service chimio flambant neuf. La nouvelle adresse… Polyclinique Trucmuche, La Chauvellière….

Des centres qui ont le sens de l’à-propos.

LA JUSTICE DES TOURTEAUX

— Oh ! mon Dieu, un cancer du sein ? C’est vraiment injuste. C’est pas comme ceux qui ont çui des poumons, qui l’ont bien cherché ! Ben oui, pour l’instant, j’ai un cancer injuste. Mais je tends l’dos. Vu que j’suis fumeuse. La justice pourrait bien m’tomber d’ssus aussi.

BONNE PIOCHE ET BARAKA

Je ne répertorie pas tout les : « Un cancer du sein ? Oh, c’est le mieux de tous. Il se soigne impec, aujourd’hui ! »

Z’avez raison bonnes gens. En 2005, sur 49 814 patientes touchées par c’te crabus là, y en a que 11 201 qui se sont fourvoyées entre quatre planches. Une broutille… J’vois vraiment pas pourquoi on a la tremblote à chaque coming-back… Quelle bande de stressées du bocal ces crabahuteuses nénesques… Pfft, franchement, connaissent pas leur bonheur !

De toute façon, je dois me balader avec une aura de cocue, parce que j’ai vraiment trop d’booooooooool :

  • d’avoir une piste à mouche sans bosselures (j’peux m’la péter Star Branchée-Qu-Assume !) ;
  • d’être tombée malade en hiver (ça gâche moins les bôôô jours ; ça temporise la veine d’la piste à mouche, mais bon, on peut pas tout avoir !)
  • d’avoir une tête à bandana (dommage que j’en veuille pas) ;
  • d’être une fonctionnaire (assimilée bon sang, a-ssi-mi-lée ; combien de fois j’vais l’répéter…) ;
  • d’avoir encore plus de vacances que mes collègues (fortiche hein ? c’est pas donné à tout l’monde de battre les profs sur ce terrain
  • d’avoir senti ma première p’tite boule, pis la deuxième, pis d’être passé juste à temps chez l’photographe avant que la troisième ne fasse des siennes ; un vrai sapin d’noël (et super ponctuel en plus) ;
  • d’avoir une peau d’bébé (ça s’tend mieux pour les coutures) ;
  • d’habiter à l’Wwwwwwwwwest (une région fort bien dotée en bar à cocktail ; que l’embarras du choix pour mes p’tites cures !) ;
  • d’être jeunette (c’est biiiiiin mieux pour la chimio ; z’ont d’la r’ssource les tendrons !)
  • d’avoir des p’tits lolos (y a moins d’perte à l’élagage)
  • de ne plus avoir de budget coiffeur ni rasage gambettes ; etc., etc. Heureusement que je suis retombée dans la marmite des nymphettes esseulées, parce que si j’étais mariée, je commencerais vraiment à me poser des questions..BEAUTÉ

 

CRUELLE

Le chirurgien qui doit procéder à l’ablation de ma reconstruc- tion mammaire, après l’annonce de ma deuxième récidive sur le lambeau du grand dorsal, en visite préopératoire :

— Veuillez passer à côté et vous déshabiller… Ooooooh !!!! Qui vous a opérée ? C’est vraiment un splendide boulot. Vous devez être contente.

— ……..Le pauvre, il n’avait pas lu le dernier courrier de ses collègues onco. Il en était resté au p’tit curage axillaire… Bah oui ! c’est barbant mais dans cette série-là M’sieur Doc, y a pas l’droit louper un seul épisode sous peine d’être complètement à côté d’la plaque au round suivant. On n’est pas à « Plus belle La Vie… », c’est bête !

THE CRISIS’S DREAM

Depuis que je suis née, j’entends que la France est en crise… Mais pour un cancéreux, y a un baromètre bien précis pour jauger la situation dans l’pays. En temps de grosse crise, il assiste à une recrudescence du nombre de travailleurs harassés qui lui disent « Ah ! là ! là ! le bol ! Depuis huit mois à la maison ? Sans bosser ? Payée ? ÂÂÂh c’techance ! » on est d’accord, en plus d’être harassés, sont vraiment pas futés, mais là, en 2010, c’est un festival. J’ai dû entendre cette petite brève deux fois en 2002. Cette année, je ne les compte plus… Recrudescence de cons ou malaise social ? Les deux ?

LA POSITIVE ATTITUDE

Une manipulatrice radio :

— Mais non ça ne fatigue pas les rayons !

— Ah, ben ça sent l’pas vécu à quinze mille une boutade pareille, ma p’tite dame. Si si si si ! ça fatigue les rayons : nerveusement, car tous les jours pendant des semaines, on se demande si on ne va pas terminer en petit cochon grillé ; tous les jours vu que, cette fois-ci, on m’irradie la région axillaire, et je vais en plus me demander si les rayons ne vont pas me déclencher le syndrome du gros bras ; tous les jours, je vais faire deux heures minimum de voiture pour venir perdre mon temps dans votre salle d’attente bondée et croiser les doigts pour que ma machine ne tombe pas en panne, comme cela arrive régulièrement. Et pis, quand bien même tout cela ne serait pas déjà épuisant, je vous rappelle qu’il y a une semaine seulement que je déguste ma sixième cure de chimio. Je vous passe les détails des effets secondaires (j’voudrais pas vous couper l’appétit) et vous donne seulement le résumé laconique de mon chimiothérapeute qui, bien que peu versé dans la compassion, qualifie ma tolérance au traitement de fort médiocre ! Alors…À nier les évidences m’sieurs-dames les soignants, vous ne rassurez point vos patients. Vous les ulcérez !

LA « BOIS SANS SOIF »

Avril 2010. Je souffre, comme nombre de patients sous chimio, d’une soif inextinguible, indescriptible, de xérostémie. J’ai le malheur de dire devant Mr Tartempion, qui demande des nouvelles (mais qui manifestement n’a pas envie d’entendre les réponses…) que je bois des quantités de flotte incroyables sans jamais avoir la sensation d’être désaltérée.

— Ah, c’est bien ça. Très bien même. C’est bon pour la santé de boire beaucoup !

PETITE MAIS COSTAUDE

Une cousine fort lointaine :

— Ah ! j’ai appris qu’ça r’commençait tes histoires. Comme Tartampionne l’année dernière. Mais bon, elle, elle est morte. Bon toi, c’est pas pareil. T’es jeune, t’es plus vigoureuse !

Encore une qu’a pas pris beaucoup d’cours sur la multiplication cellulaire.

 

PETIT DÉTAIL

À la relecture complète de mon dossier médical, je note que sur un compte-rendu, un de mes cancéros s’est un p’tit peu trompé. Tout le long de son rapport, il parle du carcinome de mon sein droit. Mince alors… Depuis 8 ans, çui là, il reste à peu près sage… Erreur de dyslexique ?

C’est un p’tit peu gênant dans c’boulot-là !

 

MAMIE 2010 : ÉLUE REINE DE L’IMPRO

Ma p’tite mamie, à la caisse prioritaire.  Bon d’accord… C’est pas une brève, pis pas une tout à fait drôle non plus, mais assez forte de café pour trouver sa place dans cette rubrique !

MON P’TIT ROBERT MAQUÉ

Il y a quelques mois : « Ah ! ma pauv, un sein en moins… C’est pas facile… Mais bon, c’est pas comme si tu avais eu une grosse poitrine… Et puis, t’as un compagnon dans ta vie… T’aurais pu être toute seule et jamais retrouver un homme après un truc pareil.

Aïe ! aïe ! aïe !… Maintenant qu’me v’là r’tombée dans le célibat, chais à quoi m’en t’nir !.

 

Partagez

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *