Douleurs gastriques, constipation, hémorroïdes

gastriqueReflux gastriques

Les reflux gastriques, s’ils apparaissent, doivent être compensés par médication si le souci est récurrent. Le jour J, ne vous rendez pas à une cure de chimiothérapie l’estomac vide. Le jeûne est parfois recommandé avant, après (selon les sources et diverses études)

Constipation / crise hémorroïdaire / fissure anale

Souvent, pour prévenir les douleurs et les allergies, il est injecté en même temps que la chimio une bonne dose de cortisone. Entre autres effets secondaires, celle-ci a une tendance très nette à constiper le patient, et parfois de façon sévère. Ne négligez pas ce petit détail et intégrez le phénomène rapidement dans votre manière d’aborder chaque cure. Si vous n’êtes pas vigilantes, d’autres bobos vous attendent au coin du bois !

Hémorroïdes, les symptômes

– Démangeaisons ;

– Sortie d’une hémorroïde hors de l’anus (boule de chair parfois dure) ;

– Douleur ;

– Incontinence (perte de selles) ;

– Saignement sans douleur.

Fissures anales, les symptômes.

Une fissure anale est simplement une petite déchirure de la muqueuse (tissu superficiel) de l’anus. Les principales causes sont la constipation et le passage de selles volumineuses et dures.

Le plus souvent, il s’agit d’une douleur pouvant être très importante lors du passage des selles et parfois durant plusieurs heures après. De plus, il peut y avoir présence de sang sur la selle, sur le papier ou dans l’eau de la cuvette. Ces saignements surviennent habituellement au passage des selles.

A. Privilégiez tous les aliments qui vous aideront à aller à la selle (augmentez votre consommation de fibres alimentaires et ce, avant la cure (au moins deux jours) et pendant les quatre/cinq jours qui suivent : pains et céréales de blé entier, fruits frais (sauf les bananes), légumes (sauf les pommes de terre), fruits secs (pruneaux, abricots), légumineuses. Évitez les aliments qui constipent (riz, féculents…). Pensez aussi à boire régulièrement.

B. Mettez un petit banc dans vos toilettes sur lequel vous pourrez surélever vos pieds. La position naturelle que l’humain adopte pour déféquer (nous l’avons oublié en Occident), est la station accroupie. Essayez de vous en rapprocher.

C. Si la crise hémorroïdaire débarque malgré tout, ne laissez pas traîner les choses et parlez-en à votre médecin : il vous prescrira ce qu’il faut pour favoriser le ramollissement des selles et la régularisation du transit, et veillera également à vous fournir antalgiques et topiques locaux.

Mettez tout en œuvre pour ne pas en arriver à la fissure anale, très douloureuse, difficile à soigner, particulièrement en période de chimio (mauvaise cicatrisation). Même en période de pleine forme, cette petite blague peut nous amener sur le billard. Vu que côté bistouri, nous avons en général déjà bien donné, mieux vaut prévenir.

 

Partagez

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *