Alopécie (perte des cheveux) et perte du système pileux

Capture d’écran 2013-12-11 à 19.07.07Elle n’est pas systématique car elle dépend quasiment entièrement du produit de chimio qui vous est injecté et un peu de votre nature. Votre oncologue vous dira à peu près à quoi vous en tenir et si le port du casque réfrigérant durant les cures peut ralentir l’avancée du désert. Pour les heureuses élues Taxotère ou FEC, ne pas nourrir trop d’espoir : en général, la chute des premières poignées de cheveux intervient dans les quinze premiers jours suivant la première cure. Le casque réfrigérant peut parfois reculer les échéances, mais rien de garanti.

Devant cette nouvelle perte, nos réactions sont très différentes : certaines le vivront comme un détail, d’autres comme le pire des effets secondaires. La seule chose que je puisse vous conseiller sur le thème, c’est de vous poser la bonne question : « Mettrez-vous un couvre-chef pour vous protéger, vous, ou pour protéger ceux qui vous entourent ? »

Si c’est pour vous, faites le sans hésiter : si foulard, perruque, chapeau vous aident à vivre ces moments difficiles, s’ils vous rassurent sur votre féminité, vous protègent du froid, des coups de soleil, il n’y a aucune raison de vous en priver. Par contre, si ces outils sont une charge, un inconfort de plus, mal vécu, que vous vous imposez pour ne pas choquer, réfléchissez-y à deux fois : les badauds, vos proches, vos enfants, ne mourront pas après contemplation de votre alopécie vénusienne, et vous, vous aurez à affronter bien assez de misères comme ça sans avoir en plus à charger la mule d’une contrariété quotidienne tout à fait évitable, juste parce que vous voulez ménager la sensibilité d’autrui.

Malheureusement, les chiffres concernant les cas de cancers étant en augmentation constante, nous sommes de plus en plus nombreuses à flâner dans les rues ; alors pour celles qui le vivent bien, assumons notre crâne d’œuf dans notre vie de tous les jours. Il y a trente ans, lorsque je me promenais avec mon oncle atteint de myopathie, tout le monde le regardait comme une bête de foire échappée de sa cage. Aujourd’hui, grâce aux médias, aux centres qui ont fait le choix de s’installer au cœur de la vie citadine, aux associations et aux malades avides de liberté, au téléthon, un myopathe peut désormais faire ses petites courses dans la ville en passant presque inaperçu, comme un consommateur lambda. Le regard des autres s’éduque. Certes, c’est sans doute moins facile pour les précurseurs, mais il en faut pour tracer la route. Dans mon petit village, au début, tout le monde se tordait le cou pour voir la chauve. Après deux ou trois semaines d’adaptation, personne n’en pensait plus rien et chacun(e) me saluait naturellement.

Revenons à des considérations plus pratiques. Plusieurs options vont s’offrir à vous.

1° Vous voulez garder vos cheveux le plus longtemps possible : alors casque réfrigérant pendant la cure, shampoings extrêmement doux et peu fréquents, brossages à minima. Normalement, casque, gants et chaussons réfrigérant (prévention ongles) doivent être posés environ une demi-heure avant le début de la cure et retirés une demi-heure après pour avoir de meilleures chances d’être efficaces (Autant vous le dire tout de suite, peu de centre respecte ces délais !)

2° Vous voulez vous préparer à la chute : rendez-vous chez le coiffeur pour une coupe courte, achat de bandanas, foulards, casquettes, perruque avant la chimio.

3° Vous voulez devancer la chute, ne pas vous déliter petit à petit, retrouver vos cheveux par poignées dans le lit, dans le lavabo, dans la baignoire : une bonne tondeuse, de la mousse à raser, un rasoir affuté, un coiffeur ou une copine complice et en avant la boule à zéro.

4° Vous optez pour la perruque ? Rendez-vous chez un spécialiste avant la perte de vos cheveux, pour que le coiffeur puisse choisir la bonne couleur, la bonne coupe. Certaines boutiques laissent la perruque à l’essai, ce qui est fort appréciable pour l’essayer dans l’intimité, loin des arguments vendeurs. Le prix de remboursement de base sécu pour une perruque est de 125 €, une broutille à côté de ce que peut vous coûter une perruque de qualité. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour savoir ce qu’elle peut prendre en charge afin de définir un budget à la mesure de votre portefeuille. Vous avez droit à deux perruques remboursées par an.

Précision : le système pileux dans son ensemble est touché par ces médicaments chimiques car ils ont une action cytotoxique sur les cellules à renouvellement rapide. Cils et sourcils résistent généralement plus longtemps que toison pubienne, poils divers et fin duvet que nous possédons sur tout le corps.

Inconvénient : les retrouvailles avec le corps glabre de la petite enfance est une entaille de plus faite à notre image de femme.

Avantage : quelques mois de trêve côté séances dépilatoires, tortures à la cire et factures de débroussaillage ! Et une douceur de peau à faire pâlir toutes vos copines.

NB : les poils pubiens ou de la région anale, sans que vous le sachiez quand tout va bien, servent. Si Si ! Ils limitent les échauffements et les érythèmes. Un talcage à la Bébé Cadum est parfois nécessaire pour ne pas renouer avec ses petites tortures infantiles.

Vous voulez porter des foulards? Pour les cours pratiques, c’est par là.

Chauve et féminine : techniques pour nouer ses foulards

 

Partagez

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *